mardi 24 janvier 2012

Sur le plagiat, sur la fraude scolaire!

La session dernière, plus que d’autres, je ne sais, j’ai été confrontée à plusieurs cas de plagiat ou de fraude scolaire.
Copie de l’idée d’un auteur sans le citer, collage de phrases intégralement recopiées dont on ne sait d’où; ce sont des classiques! mais aussi recopie en tout ou en partie du travail d’une autre classe, voire d’une autre année!   À chaque fois, cela me met hors de moi car j’y vois d’abord un signe de paresse intellectuelle.
Et ce n’est pas par manque d’information sur le sujet (et notre PIEA est claire sur ce point) ou par manque de ma part, des consignes accompagnant le travail à faire. Et pourtant aussi,  plutôt que de me transformer en détective usant d’habiles logiciels détecteurs de plagiat, j’enseigne l’art du résumé, de la citation et  j’exige qu’un dossier documentaire identifié et bien annoté me soit remis pour évaluation aussi. J’impose aussi les sources à utiliser exclusivement. Mais, rien n’y fait pour certains, qui d’une part, ne me remettent pas le dossier en question et qui de surcroît me rendent quand même un texte bourré d’extraits de sites Internet la plupart non fiables.
Certains étudiants semblent prendre facilement et sans vergogne le risque d’avoir un échec et une note à leur dossier électronique. Sont-ils plus nombreux qu’avant de cette catégorie? Est-ce par incapacité? Par panique, vu le manque de temps? Par insouciance? Par refus de se soumettre à des consignes? Par paresse? Par inconscience du fait qu’il s’agit là d’un acte frauduleux? Par malveillance assumée !!!???
Je m’étonne, je m’offusque encore de ces comportements, parce qu’ils m’inquiètent …  et que j’ai la naïveté, sans doute, de penser qu’ils ne devraient pas avoir cours au collégial. Force est d’admettre qu’il nous faut du temps et des ressources pour aider cette portion des étudiants du programme, fort heureusement minoritaire, mais quand même bien présente.
D’un côté, il y a à consolider des aptitudes qui devraient être acquises à l’entrée dans le programme: commencer le travail à temps, faire preuve de concentration,  être capable d’une lecture attentive … D’autre part, auprès de ceux qui trichent dans tous les cours et qui, on dirait, ne s’en formalisent même pas!, il y a là tout un travail d’éducation à faire …
Et y aurait-il lieu de s'inspirer de ceci?
Sur la Tricherie, avec Diane L. Demers, vice-rectrice au Soutien académique et à la vie étudiante
 Christine Damme
Professeure de géographie
Collège Gérald-Godin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire