mardi 15 mars 2016

Pourquoi tenir un colloque sur les sciences humaines ?...

Les sciences humaines au collégial : sciences, méthodes et refonte du programme
Un colloque pour marquer les particularités des sciences humaines.
Un colloque pour réfléchir à l’avenir du programme.

Sciences humaines : sciences molles, sciences vacances, sciences pas payantes… des préjugés répandus qui en hérissent plus d’un. Pourtant, des spécialistes de tous horizons affirment que le monde moderne a, plus que jamais, grand besoin des sciences humaines. Historiquement, elles se sont développées en réaction aux approches théologiques et philosophiques caractéristiques du Moyen Âge. Dans la foulée des réflexions suscitées par les Lumières, les penseurs de la modernité ont compris qu’il était devenu crucial de doter l’Occident de nouveaux outils pour comprendre les caractéristiques humaines et les problèmes de société. Cette conjoncture historique a valorisé la mise au point de démarches scientifiques et a contribué à l’essor de plusieurs nouvelles sciences. En s’inspirant des sciences de la nature, les intellectuels de l’époque ont construit des approches théoriques offrant une plus grande objectivité : positivisme, matérialisme scientifique, béhaviorisme… Ces théories fondatrices sont devenues des modèles importants de scientificité et de rigueur.

Le colloque du RSHCQ propose de réfléchir sur la plus grande force des sciences humaines : sa démarche scientifique. Cette démarche, empreinte de rigueur, est essentielle au rayonnement et à la crédibilité de toutes les disciplines des sciences dites « de l’homme ». Elle représente notre image de marque !

Dans les cégeps, le programme Sciences humaines est sans contredit le plus important, considérant la proportion de la population étudiante qui le fréquente. Les cours de méthodologie en forment l’épine dorsale. Aussi, sans tambour ni trompette, ce programme contribue au développement d’une culture scientifique dans la société québécoise. Cette approche scientifique est la pierre angulaire par laquelle les sciences humaines se démarquent. Il faudrait sans doute la valoriser davantage et en faire un facteur d’attrait plus manifeste. Le colloque sera l’occasion de réfléchir aux qualités scientifiques de notre enseignement et de partager nos approches et pratiques pédagogiques. On en profitera aussi pour réfléchir au rapport à l’écrit en sciences humaines, tant chez les étudiants que chez les professeurs. La maîtrise de la lecture et de l’écriture est une qualité essentielle à toutes les disciplines des sciences humaines. Les écrits scientifiques du genre rapport de recherche constituent également une particularité importante du programme qu’on aurait avantage à faire valoir et à faire connaître. La réussite sera également au menu. Les difficultés propres à une bonne partie la population étudiante du programme font de la réussite un souci constant.

Refonte du programme
Une refonte du programme s’est amorcée au ministère. Ce colloque servira également à faire le point sur l’état actuel du programme Sciences humaines dans l’ensemble du réseau. Ce sera aussi un moment privilégié pour discuter entre nous des attentes et stratégies à déployer pour faire de cette refonte nationale une occasion de réfléchir à un programme plus satisfaisant pour toutes les parties concernées. De toute évidence, il faut participer à ce processus et en profiter pour le bonifier et renforcer la posture des Sciences humaines dans l’ensemble des programmes collégiaux. Nos discussions exprimeront nos rêves et elles feront probablement émerger des revendications et des pistes de travail intéressantes pour ceux et celles qui se chargeront de conseiller le ministère…

Ce colloque s’adresse principalement aux enseignantes et enseignants, cependant, tous ceux qui ont à cœur ce programme d’études et sa valorisation sont les bienvenus.

C’est un rendez-vous les 6 et 7 juin 2016 au Cégep de Sherbrooke !

Claire Denis, présidente du RSHCQ

Aucun commentaire:

Publier un commentaire