mardi 13 septembre 2011

Certains buts généraux semblent moins pris en considération dans les collèges; d'autres n'ont pas du tout la cote!

Rappelons ici les 9 buts généraux attachés au programme de sciences humaines :
  1. Distinguer les principaux faits, notions et concepts de nature disciplinaire et transdisciplinaire reliés à l’objet d’étude : le phénomène humain.
  2. Expliquer des théories, des lois, des modèles, des écoles de pensée en rapport avec leurs auteurs et avec les réalités concernées.
  3. Situer divers enjeux relatifs à la citoyenneté dans un contexte de mondialisation.
  4. Démontrer les qualités d’un esprit scientifique et critique ainsi que des habiletés liées à des méthodes, tant qualitatives que quantitatives, appropriées aux sciences humaines.
  5. Utiliser des méthodes de travail et de recherche nécessaires à la poursuite de ses études.
  6. Utiliser les technologies de traitement de l’information appropriées.
  7. Communiquer sa pensée de façon claire et correcte dans la langue d’enseignement.
  8. Lire et comprendre des documents de base en sciences humaines diffusés dans la langue seconde.
  9. Intégrer ses acquis tout au cours de sa démarche d’apprentissage dans le programme.
Dans l'étude sur les buts généraux menée par un groupe de travail mis sur pied par le Comité des enseignants, on apprend que les buts généraux 1 et  2 ne posaient pas de problème, étant atteints par les contenus de cours.
Les buts 4, 5 et 7 font l'objet de préoccupations parmi les enseignants. Ainsi, le but 5 (Utiliser des méthodes de travail et de recherche nécessaires à la poursuite de ses études) fait jaser beaucoup et les collèges semblent avoir mis sur pied des moyens divers pour l'atteindre. Parmi ces moyens, mentionnons :
  • capsules méthodologiques dans les premières sessions;
  • adoption de normes et d’un cahier de consignes internes;
  • désignation de cours porteurs;
  • recours aux services de la bibliothèque.


Le but 4 (Démontrer les qualités d’un esprit scientifique et critique ainsi que des habiletés liées à des méthodes, tant qualitatives que quantitatives, appropriées aux sciences humaines) a fait l'objet de discussions mais il semble qu'un consensus collégial ait été atteint. On a relégué ce but aux cours Méthodes quantitatives et Initiation pratique à la méthodologie des sciences humaines. D'ailleurs, il en est de même pour le but 9 (Intégrer ses acquis tout au cours de sa démarche d’apprentissage dans le programme); on l'a relégué au cours Démarche d'intégration des acquis en sciences humaines.
Pour ce qui est du but 7 (Communiquer sa pensée de façon claire et correcte dans la langue d’enseignement), il semble bien que la qualité de la langue écrite soit une préoccupation constante dans les Départements. Selon les coordonnateurs, beaucoup de discussions ont eu lieu et la plupart des Départements de Sciences Humaines se sont dotés de barême de correction du Français. Cependant, il semble bien qu'ils soient appliqués à géométrie variable parmi les enseignants.
Quant au but 6, on semble beaucoup moins préoccupé de sa prise en charge. À la limite, on laisse ça à IPMSH. Pourtant, la recherche documentaire sur internet et dans les diverses bases de données, de même que l'utilisation de logiciels de traitement et de présentation de données deviennent des incontournables dans l'environnement actuel.
Quant aux buts 3 et 8, ils n'ont généralement pas la cote! Dans le traitement du but 3 (Situer divers enjeux relatifs à la citoyenneté dans un contexte de mondialisation), deux tendances semblent se dégager :
  • Dans certains collèges, on laisse aux enseignants de certaines disciplines (généralement sociologie, science politique, économie, géographie ou anthropologie) le soin d’aborder ce but, sans grande concertation.
  • Dans d'autres collèges, on a fait des efforts concertés pour s’assurer que ce but est couvert par un ou plusieurs cours du programme. Dans certains collèges, on s’assure même que des activités d'apprentissage et des travaux réalisés en classe permettent l'atteinte de ce but général.
 Le but 8 (Lire et comprendre des documents de base en sciences humaines diffusés dans la langue seconde) est l'enfant pauvre du programme. Les deux solitudes se rejoingnent ici dans le peu d'effort qu'elles accordent dans la langue de l'autre.
***
On peut dégager trois constats de cette étude de perception sur les buts généraux du programme de sciences humaines:
  1. Les professeurs ne connaissent pas nécessairement les buts généraux du programme. Par conséquent, bien qu'intégrés dans un programme, ils n'en connaissent pas nécessairement toutes les ficelles. Dans leur enseignement, cela peut peut-être amener certains manquement.
  2. D'ailleurs, dans la plupart des programmes, on a délégué plusieurs buts généraux à certains cours précis. Nous sommes donc dans une approche-programme organique où le partage des tâches amène les enseignants à jouer des rôles différents et complémentaires.
  3. Dans un tel contexte (approche-programme organique), les enseignants, dans leurs pratiques pédagogiques, ne sont pas obligés d'adopter l'approche-programme. En tout cas, ils n'ont pas nécessairement une conscience collective du programme.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire