mardi 12 février 2013

Le gouvernement de Stephen Harper méprise vraiment la science !

On savait déjà que le gouvernement de Stephen Harper se méfiait beaucoup de la recherche scientifique. La liste des décisions gouvernementales «antiscience» s’allonge toujours.

·         Déjà en nommant en 2009 Gary Goodyear comme Ministre d’État (Sciences et Technologie), dont on sait qu’il a déjà «flirté» avec le créationnisme, Harper démontrait son attitude anti-scientifique.[1]

·         Puis, il a déchiré l’Accord de Kyoto sous des prétextes tout à fait rétrogrades.[2]

·         Puis, il a aboli  l’obligation chez tous les Canadiens de remplir le formulaire long du recensement du Canada.[3]

·         Puis, on a appris que les scientifiques travaillant dans des organismes fédéraux ne pouvaient pas parler au média librement, muselés en quelques sortes par le gouvernement. Les cas de censure fourmillent.[4]

·         Et récemment, on a assisté à des coupures budgétaires importantes dans le domaine scientifique. Des programmes de recherche sont abandonnés, des centres de recherche affaiblis.[5]

·         Le pire là-dedans, c’est qu’il semble y avoir une intention de couper dans des programmes et des centres de recherche qui nuiraient au développement économique tel que le conçoit le gouvernement conservateur.[6]

Un gouvernement qui s’abreuve à l’idéologie conservatrice et qui applique des politiques de droite sans aucune objectivité se méfie évidemment des faits; il n’aime pas l’appareil scientifique qui  mesure objectivement la réalité. Avec ses outils, ses méthodes, la science dévoile la vérité. Et bien souvent, cela va à l’encontre de l’idéologie du gouvernement Harper.

Ainsi en est-il des causes du réchauffement climatique, de la baisse du taux de criminalité dans nos sociétés, de l’accroissement des inégalités socio-économiques partout au Canada. Lorsqu’on regarde les faits en face, on finit par aligner ses politiques en conséquence… Malheureusement, ce gouvernement n’agit pas rationnellement; il carbure uniquement à l’idéologie.

Michel Huot, sociologie, CBA

[1]     Beauchemin, Malorie, «Évolution: la position de Goodyear soulève des inquiétudes», In La presse, 18 mars 2009, En ligne : http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/200903/18/01-837568-evolution-la-position-de-goodyear-souleve-des-inquietudes.php
[2]     Francoeur, Louis-Gilles, «Kyoto: des «cibles stupides», selon Harper», In Le Devoir, 14 décembre 2011, En ligne : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/338362/kyoto-des-cibles-stupides-selon-harper
[3]    Tamburri, Rosanna,  «Le formulaire long du recensement : un sujet encore chaud pour les chercheurs canadiens», In Affaires universitaires, En ligne :  http://www.affairesuniversitaires.ca/le-formulaire-long-du-recensement.aspx
[4]    PC, «Des scientifiques canadiens affirment être muselés par le gouvernement »In Huffington Post,  17février 2012, En ligne : http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/02/17/scientifiques-gouvernement-mensonge_n_1285817.html
[5]     PC, «Compressions budgétaires - Un millier de scientifiques dans les rues d'Ottawa», In Le Devoir, 10 juillet 2012, En ligne : http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/354271/manifestation-de-scientifiques-un-millier-de-scientifiques-dans-les-rues-d-ottawa
[6]     Piuze , Jean, «La recherche fédérale sur la pollution décimée par le gouvernement Harper», In Le Soleil, 15 juin 2012, En ligne : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201206/13/01-4534525-la-recherche-federale-sur-la-pollution-decimee-par-le-gouvernement-harper.php

Aucun commentaire:

Publier un commentaire